Saviez vous que la seule demande de constitution de partie civile est celle déposée en 2018 par l’Association ND de Riaumont qui voulait être aux côtés des victimes potentielles ? Et maintenant si les media reconnaissaient que non seulement il n’y a pas de pédophilie dans la communauté de Riaumont, mais qu’aucun enfant n’a juridiquement porté plainte pour violence contre les religieux … le croiriez vous ? Trop de journalistes prétendent en savoir plus que la Justice…

Avez-vous une idée du nombre de pages que représentent plus d’un millier d’heures d’audition par des Officiers de Police Judiciaire ?
Même après 9 années d’enquêtes et plus de 300 rapports, n’ont été relevées que quelques « violences légères sans ITT »  auprès de certains jeunes particulièrement difficiles ou rebelles. Et souvent ces mêmes jeunes ont précisé qu’ils trouvaient ces sanctions justes et proportionnées.

Pourtant c’est leur témoignage qui a été retenu dans ces poursuites, sans même les en avertir, comme s’ils nous accusaient à charge. On pourrait déjà citer plusieurs noms d’anciens qui sont tombés de haut lorsqu’ils ont appris que certaines de leurs phrases étaient retenues contre nous, et que leur nom était cité dans les personnes interdites de fréquenter par le contrôle judiciaire.

Il y aurait matière à contester la légalité de ces enquêtes préliminaires, comme le réquisitoire introductif de l’instruction, si vague et peu circonstancié. Mais même avec une annulation ou un non-lieu, on nous suspecterait toujours, comme les journalistes le font encore au sujet de la mort en 2001 de notre cher petit Romain.

Voilà pourquoi nous faisons face à la tempête médiatique, en publiant déjà une centaine de témoignages comme celui ci-dessous. Afin d’éclairer les gens honnêtes qui ne se laissent pas manipuler par les journalistes en quête de scandales, ou des présupposés idéologiques.


Objet : Village d’enfants de Riaumont
Copie à Maître Eric Morain

     le 23 avril 2019

Madame le Juge

Ayant appris que plusieurs centaines d’auditions d’anciens de Riaumont comme moi ont donné lieu à des poursuites contre des religieux de la communauté de Riaumont, je tiens à vous faire part de la façon dont s’est déroulée la mienne.

L’inspecteur de la brigade criminelle qui m’a auditionné pensait en me recevant avoir affaire à un opposant à Riaumont. J’avais en effet demandé à être entendu après avoir échangé avec un ancien, resté mon ami, qui avait témoigné à charge, ce qui m’avait révolté. C’est donc en me recommandant de cet ancien que j’avais été reçu.

Au moins quatre éléments m’ont donné l’impression que l’enquête était faite de manière partiale  :

  • Dès mon arrivée, une fois installé, l’enquêteur me dit : « pour que les choses soient claires, je tenais à vous dire avant que débute cette audition, que je souhaite que cette école soit fermée ».
  • J’ai été interrogé sur chacun des religieux et encadrants de Riaumont. Quand l’enquêteur m’a demandé mon avis sur le Père Hervé, je lui ai dit que je ne me rappelai pas l’avoir vu lever la main sur un élève, il m’a répondu : « détrompez-vous, c’est l’un des pires ! ». C’est ce type de phrase en contradiction totale avec la réalité bien connue de tous les anciens de Riaumont qui m’a conforté dans l’idée que ces auditions n’étaient qu’à charge.
  • Au cours de nos échanges qui ont été étalés sur deux journées (1 jour complet + 1 matinée !), j’essayais de garder un œil sur le compte rendu écrit de mon témoignage. Après avoir répondu à une question concernant des violences supposées exercées, en indiquant que j’avais dû au cours de ma scolarité prendre une baffe ou deux bien méritées, je me suis aperçu qu’il avait été écrit que je me plaignais d’avoir subi des corrections régulières.

J’ai donc dû demander que cela soit modifié. Lorsque j’ai indiqué à l’enquêteur que j’étais surpris que mes propos soient déformés de cette manière, il m’a répondu qu’il voulait synthétiser. Je vous laisse imaginer qu’il est donc possible que sur un temps aussi long, d’autres modifications aient pu m’échapper.
J’ai eu le loisir de relire ma déposition sur un coin d’imprimante et n’ai pu en conserver une copie. J’imagine également que d’autre anciens moins « préparés » ont été également bernés de la sorte.

  • Au moment où l’inspecteur me raccompagnait à l’ascenseur à la fin de l’audition, celui-ci m’a également indiqué que si Riaumont ne fermait pas à cause de la justice car beaucoup de faits étaient prescrits, les médias se chargeraient de le faire.

Je m’étonne d’une telle partialité dans des enquêtes. Est-ce une procédure normale, l’instruction étant censée se faire « à charge et à décharge » ?
Restant à la disposition de la Justice, veillez agréer Madame le juge mes salutations distinguées.

Print Friendly, PDF & Email