[Table des matières]

𝗻°𝟭/𝟭𝟬 [𝕤é𝕣𝕚𝕖 𝕗𝕒𝕔𝕥-𝕔𝕙𝕖𝕔𝕜𝕚𝕟𝕘 >>< livre d’Ixchel Delaporte]

Quatre religieux de Riaumont présentés comme s’ils étaient des agresseurs sexuels.

Son roman noir commence par une 𝐅𝐚𝐤𝐞 𝐍𝐞𝐰𝐬 monumentale

Page 12 (fin du préambule) : “à partir du 15 janvier 2019, à la suite d’une enquête judiciaire lancée en 2013 après le dépôt d’une plainte, quatre religieux sont mis en examen pour violences légères et 𝒗𝒊𝒐𝒍𝒆𝒏𝒄𝒆𝒔 𝒔𝒆𝒙𝒖𝒆𝒍𝒍𝒆𝒔 .”

Or les quatre religieux mis en examen le 15 janvier 2019 l’ont été pour “𝘷𝘪𝘰𝘭𝘦𝘯𝘤𝘦𝘴 𝘭é𝘨è𝘳𝘦𝘴 𝘴𝘢𝘯𝘴 𝘐𝘛𝘛” mais absolument pas pour violences sєхuєllєs !

Alors que penser d’une “journaliste” qui commet une erreur diffamatoire de cette taille ? Vous croyez vraiment qu’elle ait pu se tromper innocemment (et sans jamais se corriger depuis) ? Ou bien alors c’est que c’est vous et ceux qui l’écoutent qu’elle a voulu tromper depuis le début…


𝗻°𝟮/𝟭𝟬 [𝕤é𝕣𝕚𝕖 𝕗𝕒𝕔𝕥-𝕔𝕙𝕖𝕔𝕜𝕚𝕟𝕘 >>< livre d’Ixchel Delaporte]

L’infirmier qui n’a jamais été condamné ni mis en prison

A propos d’un encadrant (qui n’a jamais été religieux dans la communauté, mais infirmier puisque ce Monsieur était médecin). Mme Delaporte propage de fausses nouvelles auprès des anciens qu’elle interroge. Ce docteur est devenu prêtre après Riaumont, et dans un autre institut.

P.295 : « Je lui annonce que ce prêtre est aujourd’hui en prison pour des abus commis dans une paroisse à Vannes. « Eh bien, c’est une bonne nouvelle. Ça me fait du bien de savoir que cet enfoiré est derrière les barreaux.” (avec une répétition de la même fausse information p. 298)

Or cette affirmation est fausse. Ses supérieurs nous informent que monsieur l’Abbé M. a été mis en examen il y a quelques années, que sa garde à vue a duré 72 heures, mais qu’il n’a à ce jour pas été jugé, encore moins condamné et aucunement été mis en prison, même préventive.

Avant de raconter cela à ses interlocuteurs, ce qui risquait de les conduire à en rajouter un peu, la journaliste a-t-elle vérifié son information et appris des choses que les supérieurs de l’abbé M. ignorent ou nous auraient cachées ? On n’en croit rien.

Car Ixchel Delaporte diffuse régulièrement des fausses nouvelles pour soi-disant “libérer la parole”, c’est-à-dire inciter des “témoins” de plus ou moins bonne foi à répéter, amplifier et déformer ce qu’elle a raconté… et qui est faux à la base !


𝗻°𝟯 /𝟭𝟬 [𝕤é𝕣𝕚𝕖 𝕗𝕒𝕔𝕥-𝕔𝕙𝕖𝕔𝕜𝕚𝕟𝕘 >>< livre d’Ixchel Delaporte]

Le “témoin” qui n’a pourtant jamais été avec celui qu’il calomnie.

Troisième fake new lourdement diffamatoire dans son livre, toujours sur le thème de la pédophilie des curés :

P. 298 : « Mayeul poursuit sur le même thème : « Il y en avait un autre, l’abbé Régis Spinoza, qui s’est fait virer de Riaumont. Je pense qu’il a tripoté des enfants aussi.»

Vérification faite, Mayeul est le pseudonyme de Gabriel S. (né en 1978 à Noisy le Sec, et auditionné par la police le 07-03-2018). Or ce soit disant “témoin” n’est resté pensionnaire à Riaumont que 1994 à 1995 et l’abbé Spinoza n’est arrivé à Riaumont qu’en mars 2001. Personne ne voit le problème ? Dans ces pages Mayeul / Gabriel S. se permet de calomnier à outrance quelqu’un qu’il n’a jamais rencontré, pour la plus grande joie de Ixchel Delaporte.

Le viol d’un enfant de 14 ans est bien évidemment un crime (gravissime, mais on hésite à ajouter un adjectif). Il fut un temps où ce crime était puni de la peine capitale… Et nous sommes les premiers à penser que quand il est commis par un prêtre, il est encore plus abominable.

Mais c’est précisément la raison pour laquelle, surtout dans ce domaine, il faut éviter comme la peste des dénonciations calomnieuses. Les trois fake news que nous avons déjà relatées (dans son livre p.12, p.295 et p.298) prouvent que Ixchel Delaporte -qui a beaucoup de qualités par ailleurs- n’est pas un journaliste fiable. La fake suivante montrera qu’elle est malhonnête.

[𝐅𝐚𝐤𝐞 𝐍𝐞𝐰𝐬 suivantes]
Print Friendly, PDF & Email