Divers textes sur la féminité

Pourquoi Jésus est-il apparu à des femmes ?Les mauvaises langues disent que c’est pour que la nouvelle se répande plus vite…

Père P. Trevet, dans Paraboles et fariboles n°21 p. 42-43

Il y a une autre hypothèse : nous autre, hommes, nous ne faisons dans notre corps que l’expérience du temps qui s’écoule et qui va vers la vieillesse, vers la mort. Les femmes, lorsqu’elles attendent un enfant, expérimentent un temps qui coule dans l’autre sens, un temps qui va vers la vie, vers la naissance. C’est ce qui les qualifiait pour attester du retournement inauguré par Dieu à l’aube du matin de
Pâques et pour être porteuse de la joyeuse annonce :  » Il est vivant !  »

« La femme est le cœur de la famille ; elle peut et doit revendiquer la royauté de l’amour, car elle lui revient

Pie XI

Dans la hiérarchie de la sainteté, c’est justement la femme, Marie de Nazareth, qui est figure

Jean-Paul II, lettre apostolique Mulieris Dignitatem (1988)

 

« La maternité est une façon éminente de se donner à l’autre, de façon désintéressée, et de croître dans la vocation à l’amour. Nous sommes loin de certains féminismes qui limitent le fait d’être mères à une réalité biologique à dépasser, parce que aliénante et contraire à l’épanouissement de la personnalité profonde de la femme

Jean-Paul II, Lettre aux femmes (1995)

La considération attentive de la figure de Marie, comme nous la présente l’Ecriture sainte lue dans la foi par l’Eglise, est plus nécessaire encore face à la sous-estimation qui en est faite par certains courants féministes. La Vierge de Nazareth a été présentée dans certains cas comme le symbole de la personnalité féminine enfermée dans une perspective domestique restreinte et limitée. Au contraire, Marie constitue le modèle du plein développement de la vocation de la femme, ayant exercé, en dépit des limites objectives dérivant de sa constitution sociale, une immense influence sur le destin de l’humanité et sur la transformation de la société.

Jean-Paul II, audience générale du 25 novembre 1995

Chers frères et Sœurs ! De la grotte de Massabielle, la Vierge Immaculée nous parle à nous aussi, chrétiens du troisième millénaire. Mettons nous à son écoute ! Ecoutez d’abord, vous les jeunes, vous qui cherchez une réponse capable de donner un sens à votre vie. Vous pouvez la trouver ici c’est une réponse exigeante, mais c’est la seul réponse qui vaut. En elle réside le secret de la vraie joie et de la paix. De cette grotte, je vous lance un appel spécial à vous les femmes. En apparaissant dans la mission particulière qui revient à la femme, à notre époque tentée par le matérialisme et par la sécularisation : être dans la société actuelle témoin des valeurs essentielles qui ne peuvent se percevoir qu’avec les yeux du cœur. À vous les femmes, il revient d’être sentinelles de l’Invisible.

Jean-Paul II, dernier voyage à Lourdes, 15 août 2004.

« Plus l’humanité s’éloigne de Dieu, plus il lui devient difficile de comprendre et d’apprécier l’apport personnel de la femme.

Cardinal Joseph Mindszenty (Primat de Hongrie), La mère, miroir de Dieu

« Dieu a communiqué à l’humanité deux privilèges : le premier est le sacerdoce, le second la

Père J. Charmot, L’Amour humain de l’enfance jusqu’au mariage

« La croyance dans le salut par soi-même comme foi créatrice est la folie proprement masculine de notre siècle sécularisé, elle est en même temps l’explication de tous ses échecs […] .

H. – Ch. Desroches, O. P. Introduction à l’ouvrage de Gertrude Von Le Fort La Femme éternelle

« Chaque femme est la fille de Marie ; il y a donc dans l’Église, à côté du sacerdoce et du témoignage de l’homme, porteur de la paternité spirituelle, une mission religieuse de la femme, une forme de l’apostolat chrétien qui est une mission maternelle […] . La vie de l’Église en tant que vie religieuse n’est autre que la vie du Christ venant à l’être dans les âmes.

Gertrude Von Le Fort « La Femme éternelle ».

Print Friendly, PDF & Email