fleur E7✿24

bit.ly/livredelaforet

(voir avant la fleurE7✿23 : vulgarité ou émerveillement)

bouquet du cochon / E7✿20  Où l’on voit où mènent les sales histoires.

✔ fleur E7✿24 : Tique et tactique

 

Comme la nuit approchait, du haut de sa branche, Zakou eut la surprise d’apercevoir un troisième lascar qui cherchait à se mêler à la conversation.

« Tiens, voilà Néoténie, le Triton avec sa crête qui vient patauger dans notre flaque»  s’exclama le cochon sauvage.

« Je te préviens : ne t’approches pas trop près, sinon Pornogre va t’écraser, ou il pourrait bien te croquer sans vergogne » lui dit le crapaud.

Néoténie était un jeune Triton, assez immature qui avait toujours faim, un peu comme Pornogre. Dans la mare où sa mère les avaient soigneusement accrochés aux plantes aquatiques, les larves de tritons s’étaient mises à tout manger (vers, œufs de grenouilles, larves de moustiques) jusqu’à se dévorer entre elles !

Maintenant qu’il en était sorti vivant, le triton était bien décidé à ne pas se laisser faire. Il arborait fièrement une crête parée de couleurs jaune et orange. En cas d’attaque il disposait de dizaines de glandes à venin éparpillées le long du dos et sur sa queue (plate comme une rame), d’où pouvait suinter un poison blanchâtre, épais, acre et irritant.

« Si tu veux te joindre à notre compagnie, déclara Pornogre, il faut d’abord que tu prouves que tu es aussi intelligent que nous. Alors je vais te soumettre cette énigme, sinon je te croque.

Imagines que tu es devant un carrefour de chemins gardés par deux serpents qui savent où est la bonne direction.

La seule chose que tu sais de ton côté, c’est que l’un des deux serpents ment toujours, tandis que l’autre dit forcément la vérité.

Attention : tu n’as le droit qu’à UNE question à l’UN des deux pour découvrir quel chemin est le bon, sinon c’est la mort… Que demanderas-tu alors à l’un de ces deux serpents ?

Mais le triton ne connaissait pas Orphée aux portes des enfers qui interrogeait en disant « dis moi donc ce que me dira l’autre»…

Il réclama bien un indice, mais n’eut pour seule réponse que cette nouvelle énigme :

« En ajoutant zéro à mon premier on trouve mon second… Et mon tout aide à trouver le coupable ! »

Alors là le triton séchait… Vaincu, ne sachant que dire. Il se mis à trembler en voyant approcher le moment où la gueule du cochon l’avalerai tout cru. Mais Pornogre rigola encore en lui laissant un délai.

« Allez, demande moi ce que tu veux, un dernier souhait et je te l’accorderai, quel qu’il soit… Mais mesure bien ce que tu vas dire, ce sera probablement tes dernières paroles ! »

Pris de court face à une générosité si peu habituelle, le triton hésita : « Je ne peux pas répondre tout de suite, l’enjeu est de taille. Accorde moi cinq minutes de délai que je puisse y réfléchir, et puis je te dirais quoi… »

« Entendu, c’est d’accord » conclut le cochon sauvage en éclatant d’un gros rire gras !

Et lorsque cinq minutes plus tard, le triton lui demanda enfin la grâce de pouvoir partir sain et sauf (bien résolu de ne plus jamais revenir), Pornogre s’écria, en se précipitant sur lui :

« Je t’ai pourtant laissé choisir une grâce : mais tu m’as demandé cinq minutes de réflexion, et cela je te l’ai déjà accordé. J’ai tenu parole, maintenant nous sommes quittes. Alors moi je peux te croquer… »

Le triton recula, essayant bien de se dégager de la gueule de Pornogre, mais il y laissa une patte arrachée.

Zakou fut choqué de ce qu’il avait vu et entendu. Le cochon dévorait tranquillement une patte de Néoténie, qui essayait de s’enfuir du piège où sa mauvaise curiosité l’avait amené.

L’écureuil se demanda s’il allait oser en parler à Philothée. Comment lui raconter cela ? Lui-même était gêné d’être resté jusque là, et se sentait aussi un peu coupable.

Bof, de son côté, semblait s’en désintéresser. A quoi bon en faire tout une histoire ? Les autres ne comprendront pas. Et puis c’est plus facile de se taire. Toutes ces fausses excuses se pressaient dans la tête du petit Zakou qui hésitait sur ce qu’il devait faire. Il craignait de paraître comme un rapporteur.

Mais là c’était trop grave. Il prit courageusement la bonne décision : ne pas rester seul prisonnier d’un mauvais secret, mais confier son trouble à quelqu’un de confiance.

Cette histoire avec Pornogre est bien triste, et j’espère qu’elle servira de leçon. Mais rassurez-vous, tout n’est pas perdu pour Noéténie.

Le triton imprudent fit repentance et après un temps de convalescence, comme par enchantement, son bras dévoré repoussa (os, muscle, nerf et peau) ! Cela peut arriver chez les tritons…

Zakou entendit alors comme un bruissement d’ailes qui faisait penser à un moustique : Zzz zzz zzz. Mais là c’est une autre histoire

voir ✔ le bouquet du moustique / L8✿10

bit.ly/histoiresforet

Print Friendly, PDF & Email