fleur E7✿11

bit.ly/livredelaforet

(voir avant : le bouquet du dindon / F6✿20)

bouquet du renard/ E7✿10  Où l’on voit comment liberté, égalité, fraternité peuvent être des mots piégés…
✔ fleur E7✿11 : La piste aux graines

C’était la fin de la nuit, à l’heure où l’aurore aux doigts de rose n’a pas encore pointé à l’horizon, mais où l’on sait qu’elle ne tardera plus. Tout le monde l’attend dans la forêt ; ceux qui rentrent de leur chasse nocturne, comme ceux qui se préparent à partir pour un nouveau jour.

Chaque matin le soleil se lève, merveilleuse lumière à l’horizon : ”  On s’étonne trop de ce qu’on voit rarement et pas assez de ce qu’on voit tous les jours. ”  répétait Philothée sur sa branche, en essayant de réveiller Zakou. Mais pour l’heure Zakou l’écureuil est encore engourdi dans ses rêves, la tête enfouie dans sa grande queue empanachée, comme dans un édredon.

« Réveille-toi donc, lui répétait Philothée la Chouette, je viens d’entendre quelqu’un se faufiler au pied du chêne. Bientôt il fera jour. »

« Oui, mais justement il fait encore noir » rétorqua l’écureuil qui commençait à reprendre ses esprits.

« C’est toujours pareil, quand tu es dans cet état là, tu vois tout en noir au lieu de regarder ce qui arrive de bien. Chaque jour t’apporte de nouvelles aventures, et tu peux avancer dans ta quête des secrets du Royaume. Allez, secoue- toi et va te laver, petit paresseux.»

Cette nuit là, Philothée avait bien observé le manège de Maître Goupil, le renard, qui rentrait bredouille de sa chasse nocturne. Mais Zakou s’était levé trop tard pour l’apercevoir. Après s’être consciencieusement lavé et avoir peigné sa pelisse, l’écureuil partit glaner quelques graines à se mettre sous la dent.

Quelle ne fut pas sa surprise quand il aperçut une grosse noisette qui trônait au milieu du chemin, puis une autre graine, et encore une autre qui l’attendait à chaque croisée de la piste ! « Miam, miam… »

Qui avait bien pu lui offrir cette délicate attention, pour son petit déjeuner ? Était-ce encore un coup de ces mystérieux Lutins, dont certains parlaient à voix basse, au fond de la forêt ?

Tout en continuant à ramasser ces graines providentielles, Zakou se demandait qui croire, à propos de ces lutins géants ? Des oiseaux qui avaient volé longtemps, loin, très loin vers l’horizon, affirmaient qu’ils existaient bien ; mais d’autres, comme Zirezaire le moustique, prétendaient ne pas croire aux contes de fées, et n’avaient jamais rencontré que des animaux dans la grande forêt.

« Attention à la gourmandise, Zakou. Tu t ’empiffres au lieu d’aller porter cette nourriture dans tes réserves pour l’hiver ».

Qui lui parlait ainsi ? C’était une petite avette qui venait de le croiser, en route pour aller butiner. Zakou qui connaissait la sagesse du petit peuple des abeilles, la salua courtoisement, mais se sentit un peu gêné d’être ainsi surpris la bouche pleine.

«Après tout, toi aussi tu vas bien te remplir de délicieux nectar, pour ton petit déjeuner !  Je vous ai déjà observées en train de butiner des fleurs de parisettes, pas loin d’ici. »

« Oui, mais ce n’est pas que pour moi ! J’en rapporte de quoi faire du miel pour toute la ruche à la mauvaise saison .»

Zakou se dit qu’il aurait mieux fait de se taire, au lieu d’accuser les autres de gourmandise ! Il avala vite un beau grain de blé pour prétexter ne pas avoir le droit de parler la bouche pleine, et continua à suivre la piste.

 

voir ensuite
fleur E712 Chanteclerc qui prétendait faire se lever le soleil.
fleur E713 Pourquoi les poules de sa basse-cour ne l’ont pas rejointes
fleur E714 Elles vont être séduites par Goupil le beau parleur
fleur E715 avec ses vains discours sur la liberté d’aller où l’on veut,
fleur E716 il leur propose un échange en signe d’égalité,
fleur E717 un baiser du prédateur pour sceller la fraternité.
fleur E718 mais des feuilles de parisettes font vomir Goupil.

bit.ly/histoiresforet

Print Friendly, PDF & Email